Quand c’est bon pour pitou, c’est bon pour minou?

Lorsque ce proverbe 100 % québécois est mentionné, on oublie souvent le ton sarcastique de la réelle définition. Non et non, quand c’est bon pour pitou, ce n’est pas bon pour minou. Un proverbe simple, afin d’illustrer que trop souvent on ne pense pas aux objectifs visés d’un article promotionnel.

Par exemple, afin de véhiculer votre marque auprès de vos clients, un article promotionnel peut-être perçu différemment lorsqu’il est remis dans des salons et événements divers. Ou encore, un article promotionnel peut être spécifiquement destiné à un segment de clientèle et le fait de l’utiliser à toutes les sauces vous fera paraître comme une entreprise manquant d’imagination et d’innovation.

Pour maximiser son ROI promotionnel

Outre la visibilité de vos objets promotionnels, il y a plusieurs éléments à considérer, en voici quelques-uns :

  1. Quel est votre public cible? Futurs clients (étudiants), futurs clients (prospects), clients actuels, employés, etc. Mieux encore, l’article devrait avoir une signature féminine, masculine ou neutre.
  2. Pour quel d’événement l’objet est-il destiné? Et quelle est son utilisation dans le temps? Par exemple, avant un salon, il est facile d’envoyer un article promotionnel en guise d’invitation à des clients actuels. Au salon, un autre article promotionnel peut être utilisé en guise de rappel ou simplement pour promouvoir de nouveaux produits. À la fin du salon, en guise de suivi, un article promotionnel d’impact pourrait avoir beaucoup plus de résultats qu’un simple courriel et réellement créer un climat de confiance. En bref, en faisant les choses différemment de la compétition, vous devenez le meilleur!
  3. Quelle utilité votre objet promotionnel aura à long terme sur vos clients et vos prospects? Par exemple, un crayon c’est bien beau, mais il vaut mieux qu’il fonctionne et se démarque des stylos bas de gamme. Mieux encore, on aimerait que ledit objet se retrouve sur le bureau ou dans le quotidien de vos clients plutôt que dans les mains de leurs enfants.
  4. La tendance et la durée de vie de vos objets promotionnels. Deux éléments qui semblent simples, mais qui ne m’empêchent pas de rire un peu lorsque ledit client essaie de passer son vieux stock du temps des fêtes. La durée de vie fait aussi référence aux initiatives, ce qui était à la mode l’an passé l’est beaucoup moins cette année. L’utilisation des mêmes objets année après année peut vous faire passer pour une compagnie qui manque de vision.
  5. Le coût et votre budget pour l’achat de vos articles. Des éléments complexes que l’on doit considérer avec un regard extérieur. Par exemple, une présence dans un salon à la mode coûte souvent de 3 000$ à 5 000$ le kiosque. Si l’on y ajoute les frais de représentation, les frais d’imprimerie, l’hébergement et les repas, on peut parfois doubler ce montant. À ce moment, définir un micro budget d’articles promotionnels n’est peut-être pas un choix judicieux dans votre stratégie d’affaires.

Un proverbe qui en dit long

Le proverbe québécois « Quand c’est bon pour pitou, c’est bon pour minou » se veut simplement un aide-mémoire, afin de vous aider à mieux définir le potentiel et la portée de vos articles promotionnels. Mieux encore, contactez-moi au 438 257-1330, avec mes 19 ans d’expérience, je peux faire une différence appréciable et vous permettre d’atteindre la performance et les résultats souhaités!

2018-05-01T18:25:43+00:00 1 mai 2018|Catégories : Investir pour attirer et fidéliser|